Formation continue : vers une offre plus digitalisée au service de l’économie luxembourgeoise

Retour à la liste des actualités : Formation continue universitaire
Formation continue : vers une offre plus digitalisée au service de l’économie luxembourgeoise

Formation continue : vers une offre plus digitalisée au service de l’économie luxembourgeoise

3 janvier 2022  - Actualités

Depuis plusieurs années, le gouvernement luxembourgeois multiplie les initiatives pour positionner le Grand-Duché parmi les leaders à l’échelle européenne en termes de transformation digitale, socle indispensable pour un développement économique ambitieux et dynamiqueCes initiatives se sont notamment concrétisées en 2014 avec le lancement de la stratégie numérique « Digital Lëtzebuerg » et la création en 2018 d’un Ministère de la Digitalisation. Par ailleurs, en 2019, le Luxembourg se situait à la 4e place des pays de l’Union Européenne au classement de l’« Index for Readiness for Digital Lifelong Learning » et e1re place en termes d’accessibilité au digital learning. 

Répondre aux besoins du marché du travail…

Lancée le 9 juin 2021, l’étude «National Skills Strategy in Luxembourg», réalisée par l’OCDE (Organisme de Coopération et de Développement Économiques) a pour objectif l’élaboration d’une stratégie de développement de la formation professionnelle continue répondant aux besoins de l’économie luxembourgeoise. Cette initiative qui s’inscrit dans le cadre de la taskforce  « Skillsdësch » réunit les grands acteurs de la formation dont l’objectif est de définir une stratégie nationale pour soutenir le développement de compétences et de permettre à chacun de maintenir un niveau d’employabilité élevé. Elle concerne : la création de formations professionnelles adaptées au marché du travail, les mesures destinées à promouvoir la participation dans l’apprentissage tout au long de la vie, l’attraction et la rétention de talents, et la gouvernance des données en matière de compétences.  

Ces axes prioritaires s’inscrivent dans la poursuite des actions mises en oeuvre au niveau national et ont pour objectif de relever deux défis majeurs, à savoir :

  • réguler l’offre et la demande en matière d’emploi en proposant des formations de types upskilling et reskilling ;
  • attirer, former et fidéliser une main d’oeuvre, y compris étrangère, en proposant des formations de qualité.

Dans cet objectif, la formation continue universitaire aura un rôle majeur à jouer et le développement de formations certifiantes ou qualifiantes permettra la transmission du savoir universitaire mais également celui des experts métier vers le monde de l’entreprise. L’implication des acteurs professionnels est primordiale dans la définition des besoins et la continuité de l’assurance qualité. 

…en favorisant le recours au digital learning 

En parallèle de cette stratégie de développement de compétences, le classement de l’« Index for Readiness for Digital Lifelong Learning », réalisé par Google et le CEPS (Centre for European Policy Studies), a placé le Grand-Duché au 3e rang des pays de l’Union européenne en ce qui concerne la réussite et la participation des individus à la formation continue. Le Luxembourg occupe également dans cette étude la 5e place dans les sections « Institutions and policies » & « Regulation and fundings », ce qui témoigne de la volonté du gouvernement luxembourgeois de développer le digital learning. Une forte priorité a d’ailleurs été donnée au développement des compétences numériques, que ce soit chez les adultes via la formation continue ou les enfants via l’intégration de cours d’informatique et de coding dans le cursus scolaire. 

L’enquête a néanmoins révélé des pistes d’amélioration pour le Grand-Duché : les compétences numériques des formateurs et enseignants ne sont pas encore aussi développées qu’elles le pourraient, et le transfert des compétences pourrait être amélioré.  Depuis deux ans, la pandémie a accéléré l’intégration des outils digitaux dans les habitudes de travail et a fait évoluer les mentalités vers une plus grande acceptation de la digitalisation. Ces nouvelles pratiques dans la sphère professionnelle se sont notamment concrétisées par le développement de formations digitales, particulièrement sollicitées par les plus jeunes générations dites « digital natives ». Or, la digitalisation de la formation nécessite une montée en compétences des formateurs sur la pédagogie digitale et l’utilisation des outils pour répondre aux attentes d’un public d’apprenants de plus en plus exigeant sur la qualité des formations.

Digital Learning

Les principaux enjeux du digital learning 

La mise en place de modalités digitales, si elle implique des investissements initiaux à ne pas négliger (un investissement financier important à la fois dans le recrutement ou la formation de ressources humaines et dans l’acquisition d’outils techniques), peut permettre des économies à moyen et long terme. Par ailleurs, le digital learning permet également de réduire les déplacements des apprenants et formateurs, de diminuer les frais logistiques et de proposer les formations à un nombre plus important d’apprenants sans grand surcoût. Enfin, il permet également de déployer des formations qu’il serait impossible de proposer en présentiel pour des raisons de délai ou de budget. 

​Le digital learning offre de la souplesse en termes de modalités, de lieu et de temps d’apprentissage et propose un large éventail de possibilités pour répondre aux besoins des apprenants. La démocratisation des supports mobiles assure également la possibilité de toucher ces apprenants de manière flexible : la formation devient accessible n’importe quand et n’importe où (ATAWAD – Anytime Anywhere Any Device). Le digital learning peut ainsi avoir un impact sur la qualité de la formation. D’une part, il peut accroitre la satisfaction des apprenants en leur donnant accès à des ressources de formation multimédia, interactives et ludiques. D’autre part, il peut décupler l’efficacité des formations, notamment en favorisant la répétition des notions, en proposant une diversité de supports et de médias et en facilitant la mise en place de parcours de formation individualisés et évolutifs.

Si la conception pédagogique est bien pensée et adaptée, et les acteurs convenablement formés et encadrés, le digital learning est définitivement à considérer comme une solution d’accompagnement et de soutien au développement économique des entreprises dans un environnement en constante mutation. 

En effet, développer des formations en parfaite adéquation avec les besoins de l’économie, renforcer les compétences des professionnels et favoriser les reconversions sont autant de leviers pour assurer la compétitivité du Luxembourg, comme l’a rappelé le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Monsieur Claude Meisch, lors de la conférence donnée à l’occasion de l’évaluation de l’Université du Luxembourg en octobre dernier. Depuis plusieurs années, l’ULCC intègre d’ailleurs le digital dans ses formations tout en veillant à accompagner sa force enseignante dans l’acquisition de ces nouvelles compétences.  Son expertise en la matière se focalise sur la création de parcours blended learning, alliant la flexibilité de l’e-learning et la richesse des contacts humains du présentiel.

Plus d’informations sur nos services


Partager cet article sur :